Exploiter les données de Natnum : les Polonais naturalisés dans les Hauts-de-France pendant les années 20

Les deux expositions organisées cet automne au Louvre-Lens autour de la peinture polonaise de la seconde moitié du XIXe siècle et du photographe polonais Kasimir Zgorecki, immigré dans le Pas-de-Calais1 nous ont encouragés à rechercher dans les données collectées par Natnum les Polonais naturalisés après 1918 et installés dans les Hauts-de-France.

En effet, le projet participatif Natnum permet aux annotateurs de saisir les informations individuelles qui figurent aux décrets de naturalisation passés entre 1883 et 1930 ; nous avons donc voulu nous servir de ces données pour mieux saisir ce groupe et illustrer la richesse documentaire que recèlent les instruments de recherche publiés dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales.

Rassembler les données : quelques étapes techniques

Ce corpus a donc été établi en compilant les instruments de recherche nominatifs annuels publiés dans la salle des inventaires virtuelle2 qui rassemblent les décrets de naturalisation et admission à domicile (c’est-à-dire l’autorisation de se fixer durablement sur le territoire national, le plus souvent en prélude à la naturalisation).

En rassemblant toutes ces entrées à partir du code XML brut que nous avons nettoyé pour obtenir un fichier allégé exploitable par un tableur, nous avons sélectionné toutes les lignes mentionnant la Pologne (sans surprise, dans la colonne des lieux de naissance) ; nous avons ensuite opéré un dernier tri pour ne garder que les naturalisés résidant dans les Hauts-de-France3.

Il suffisait alors de normaliser la forme des entrées, s’assurer qu’il n’y avait pas d’incohérence et d’enrichir cette ébauche avec des informations aisément déductibles des données déjà présentes : renseigner l’année d’ouverture du dossier à partir du numéro de dossier, l’année de naissance (à partir de sa forme complète), en déduire l’âge du postulant et la durée d’instruction de sa demande, obtenir les coordonnées des toponymes indiquées, compléter les entrées respectives des conjoints, etc.

À partir des toponymes indexés, nous avons pu géolocaliser la plupart des lieux de résidence et de naissance4.

Notre échantillon

Nous aboutissons ainsi à 107 entrées, correspondant à 84 dossiers différents5. Il s’agit des Polonais installés en France de première génération ; en effet, un individu ayant acquis la nationalité française par sa naissance en France après l’immigration de ses parents échappera à notre tri.

Sur les 2912 entrées qui mentionnent un lieu de résidence, 107 (3,7 %) sont domiciliées dans les Hauts-de-France, sur les 5800 qui mentionnent « Pologne » dans l’énoncé du lieu de naissance6.

La quantité des naturalisés polonais peut étonner parmi les 160 000 noms mentionnés dans les décrets de 1919-1930 (5800 sur 160 000, soit 3,6 %), alors même qu’un demi-million de ressortissants polonais vivaient en France7 et près de 100 000 dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais8. Cela tient d’une part au fait que les Polonais n’étaient pas toujours jugés très « assimilables » par l’administration ; ils étaient d’ailleurs eux-mêmes assez peu demandeurs de la naturalisation, proportionnellement à d’autres groupes immigrés. Pour la plupart, l’installation en France était initialement un projet temporaire, le temps de gagner de l’argent et de rentrer en Pologne. On a ainsi pu les décrire comme « allergiques » à la naturalisation9. Beaucoup sont en fait restés sur le territoire, et leurs enfants ont fini par acquérir la nationalité française par droit du sol ou par mariage.

Les individus derrière les chiffres

La géolocalisation des lieux de naissance et de résidence permet d’obtenir une carte qui illustre les parcours de tous ces individus. Nous avons utilisé à cet effet l’outil Palladio, développé par l’université de Stanford10.

Carte présentant les lieux de naissance reliés aux lieux de résidence des naturalisés

Toutes les régions de la Pologne semblent concernées par l’émigration vers les Hauts-de-France ; la Silésie, à la frontière de la Tchécoslovaquie, très représentée dans l’émigration polonaise, apparaît également parmi nos naturalisés. Remarquons que les points de départ de ces familles dépassent très largement les frontières de la Pologne actuelle : on y trouve des régions qui sont aujourd’hui ukrainiennes, mais aussi des localités de Silésie dont les habitants étaient de nationalité tchécoslovaques mais appartenaient vraisemblablement aux importantes communautés polonaises. À l’inverse, certaines localités aujourd’hui polonaises, mais qui ont dépendu de l’Allemagne au cours du XIXe siècle, comme en Prusse-Orientale, peuvent avoir échappé à notre tri11.

Notre corpus comprend finalement 29 femmes (36 ans en moyenne), et 78 hommes (35 ans en moyenne). Les dossiers furent ouverts alors que les postulants étaient âgés de 35 ans en moyenne, quand 41,1 % (44 sur 107) d’entre eux étaient mariés (pour une moyenne d’âge de 37 ans au sein de ce groupe) et 25,2 % (27) avaient des enfants. Ces familles forment un groupe relativement endogame : les conjoints signalés au moment de l’ouverture du dossier sont tous également polonais.  Nous comptons aussi parmi les célibataires 56 hommes contre 7 femmes. La plupart des prénoms masculins ont été francisés par l’administration.

Voir en plein écran

Nos familles se sont concentrées dans le Nord (34 dossiers, 40,5 %) et le Pas-de-Calais (30 dossiers, 35,7 %) ; sans surprise, outre Lille (10 familles), c’est notoirement autour des centres miniers que l’on retrouve plusieurs d’entre eux, comme à Bruay (6 familles), Douai (4 familles), Lallaing et Ostricourt (3 familles).

Pyramide des âges de l'échantillon

Tous les hommes ont une profession connue, au contraire des femmes pour laquelle cette information n’est pas indiquée. Les professions les plus représentées sont évidemment ceux de l’industrie, surtout minière (11 houilleurs et 12 mineurs, ainsi qu’un ajusteur, deux scieurs et un zingueur, soit 27 individus ou 25,2 % de notre groupe) ; on compte également une douzaine d’anciens soldats, issus de la Légion étrangère ou des régiments étrangers (avec une moyenne d’âge de 35 ans au sein de ce groupe également) et quelques ouvriers agricoles. Notons toutefois un médecin, un interprète, un ingénieur et un photographe.

Photographie : famille polonaise posant devant son jardin d'une cité minière, Kasimir Sgorecki.
Famille polonaise posant devant son jardin d’une cité minière, Kasimir Sgorecki, Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration.

Pendant la Seconde Guerre mondiale

Nous avons enfin ponctuellement retrouvé des informations sur le destin de ces individus pendant les décennies qui suivirent. Ainsi, l’un d’eux, Antoine Lubotzki, caviste lillois, est signalé comme prisonnier de guerre en 194012.

Un autre des dossiers repérés concerne Stanislava Koval, née en Pologne, installée à Bruay-en-Artois et naturalisée française en 1929 ; bien que son conjoint ne soit pas mentionné à son décret, il était originaire de la ville aujourd’hui polonaise de Lidzbark13 et ils avaient un enfant alors mineur, Paul-Jean Lewandowski. Il se vit retirer sa nationalité française par le régime de Vichy le 16 octobre 1941, dans le cadre de la révision des naturalisations décidées par ce régime14.

Pour finir, nous avons dans notre corpus une déportée : Rachel Houecht, épouse Katz, née le 8 avril 1884 en Pologne, naturalisée française par décret du 22 mai 1926 alors qu’elle résidait à Ternier (Aisne) et décédé à Auschwitz le 8 février 194415.

Conclusion

Nous rappelons que les données publiées dans les instruments de recherche de la salle des inventaires virtuelle sont librement utilisables. Nous avons ici essayé de décrire un groupe défini par son origine géographique et sa région d’implantation ; il s’agissait d’une démonstration de la richesse des informations rassemblées grâce aux participants du projet Natnum. Les possibilités sont infinies, notamment en les confrontant à d’autres sources16.

Nous ne sommes cependant ni géographe, ni sociologue. Nous espérons que cette étude de cas pourra inspirer d’autres exploitations que nous serons ravis de signaler sur cette plateforme.


Le fichier ayant servi à cette analyse est disponible à l’emplacement suivant :

  1. Du 25 septembre au 20 janvier 2020, « Pologne. 1840-1918. Peindre l’âme d’une nation » et « Kasimir Zgorecki. Photographier la « Petite Pologne ». 1924-1939 ». []
  2. Il s’agit donc d’un état provisoire : si nous rassemblons ainsi pas moins de 160 000 entrées nominatives entre 1919 et 1930, l’année 1928 est encore très incomplète. Les corrections ponctuelles ne devraient cependant pas bouleverser l’image macroscopique produite par les données dont nous disposons déjà. []
  3. Notons toutefois que pour un certain nombre d’entrées, le lieu de résidence n’était pas indiqué ; dans le cas des communes homonymes, leur nombre était suffisamment faible pour que nous puissions aller vérifier dossier par dossier. []
  4. Notons toutefois que la présence d’homonymes et les aléas des transcriptions de noms slaves et les formes allemandes encore utilisées au début du siècle nous ont parfois rendu la tâche difficile et peut-être égaré en quelques endroits. []
  5. Une même famille peut apparaître sur plusieurs décrets, soit que le même individu soit d’abord admis à domicile puis naturalisé quelques années plus tard, soit que mari et femme soient naturalisés successivement. []
  6. À titre de comparaison, Paris compte 1906 occurrences (65,4 %) et le département du Rhône 19 (0,8 %). []
  7. Voir le dossier documentaire réuni par le Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration à l’occasion de l’exposition « Polonia, des Polonais en France depuis 1830 » (2011). []
  8. Judith Rainhorn, « Le Nord—Pas-de-Calais, une région frontalière au cœur de l’Europe », Hommes & migrations 1273, 2008, p. 18-34. []
  9. Janine Ponty, Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres (Série internationale 34), Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 207. []
  10. Voir la page du programme ; quelques exemples de présentations pratiques de l’outil : [Association of Art Museum Curators Foundation], « Using Getty Data in Palladio », The Networked Curator, s.d. ; Miriam Posner, « Getting started with Palladio », Miriam Posner’s Blog, 23 novembre 2014. []
  11. Il n’existait pas d’État polonais entre 1815 et 1918. []
  12. Liste officielle des prisonniers français 10,  4 septembre 1940, p. 39. []
  13. La ville se trouvait alors dans la province allemande de Prusse-Orientale. []
  14. Cf. la journée d’études « Connaître des dénaturalisés de Vichy. La base Dénat, un nouvel outil et ses exploitations », organisée aux Archives nationales le 2 octobre 2018. []
  15. Arrêté du 7 octobre 1994 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes de décès, Journal officiel 285 du 9 décembre 1994, p. 17484 ; voir sa fiche dans la base de données des victimes de la Shoah en France (Mémorial de la Shoah). []
  16. Par exemple le riche guide de sources : Judith Rainhorn (dir.), Histoire et mémoire des immigrations dans le Nord – Pas-de-Calais, XIXe-XXe siècles, 2007. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Porteneuve dit :

    Très intéressant, mais très incomplet, et c’est dommage.
    J’aimerais vous aider non seulement sur la langue polonaise, et la géographie des lieux, aussi sur les toponymes et homonymes de toponymes, comme sur le déchiffrage des actes manuscrits en polonais.
    Dans l’exemple Koval == doit être Kowal, il n’y a pas de lettre “v” en polonais (sauf pour les noms non polonais, comme Jules Verne).
    Dans le cas Lidzbark: il y a deux villes du même nom dans la même voievodie warmińsko-mazurskie, le votre semble être “Lidzbark (pot. Lidzbark Welski, niem. Lautenburg, prus. Welliskas Lēcbargs) – miasto położone w województwie warmińsko-mazurskim, powiecie działdowskim nad rzeką Wel i Jeziorem Lidzbarskim”. L’autre est “Lidzbark Warmiński (niem. Heilsberg, prus. Lēcbargs) – miasto w województwie warmińsko-mazurskim, siedziba powiatu lidzbarskiego oraz gminy wiejskiej Lidzbark Warmiński.”
    ==
    Vous pouvez me contacter par email.
    Bien cordialement,
    Elzbieta Porteneuve

    • Thomas Lebée dit :

      Madame,
      Nous vous remercions de votre intérêt.
      Nous n’avons effectivement pas rectifié les noms de famille, mais repris les formes utilisées par l’administration française dans le décret de naturalisation.
      Quant à la localité de “Lidzbark”, dans la mesure où elle n’apparaît pas dans notre corpus mais dans la source complémentaire que constitue la base des dénaturalisés de Vichy, nous l’avons reprise telle qu’elle avait été notée par le bureau du Sceau dans les années 40. Comme vous l’indiquez, les deux villes qui portent ce nom sont voisines ; il existe peut-être une pièce dans le dossier (une traduction d’acte de baptême par exemple) qui permettrait de lever l’ambiguïté, mais nous ne le saurons qu’à son retour de numérisation, dans quelques mois…
      Bien cordialement,
      Th. Lebée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.