Cabinet de curiosité Natnum : le formeur de bas

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui au métier de « formeur de bas ».

Parmi les métiers de la bonneterie, le formeur arrive en bout de la chaîne de fabrication des bas. Il enfile le bas dans une forme en bois qui passe entre 2 rouleaux puis est placée verticalement dans un coffre à vapeur pour être chauffée et séchée. A la sortie du coffre, le bas est retiré de la forme et garde son pli. Si les opérations de remmaillage (fermeture de la pointe et du talon des bas) et de raccoutrage (réparation des petits défauts) étaient exercées par des femmes, la forme était un métier masculin et les formeurs de bas travaillaient dans la chaleur humide des ateliers de bonneterie.1

Jean Kauffmann, notre formeur de bas originaire de la Moselle naturalisé français par décret du 18 juillet 1892, était alors domicilié à Troyes, « capitale européenne de la maille aux XIXe et XXe siècles ».

Le métier à tricoter les bas y est importé dès 1746 à l’hospice de la Trinité qui devient la première manufacture troyenne de bas. Grâce à la motorisation par les machines à vapeur et aux inventions techniques protégées par des brevets, l’industrie de la bonneterie se développe au cours du XIXe siècle, en se concentrant dans de grandes usines autour de la ville de Troyes, dont le savoir-faire est salué aux expositions universelles de Londres en 1851 et de Paris en 1867.

La bonneterie troyenne se concentre partiellement entre 1800 et 1900 dans de grandes manufactures dominées par une vingtaine de familles (parmi lesquelles Valton et Vitoux) et se spécialise à la Belle époque dans la bonneterie de luxe (bas de soie). En 1903, on fabrique à Troyes plus de la moitié de la bonneterie française. Mais la majorité de la population ouvrière travaille jusqu’aux années 1930 dans des ateliers urbains ou à domicile : sur les 27 établissements recensés au moment de la grève de 1900, une seule usine comptait plus de 1 000 ouvriers.2

Médiathèque du Grand Troyes, Cl. 4. 3555-3 ; Cl. 4. 3555-3 ; icono.104-06

Arch. dép. Aube, 8 FI 002772, 8 FI 002983, 8 FI 004840

En 1909 est organisée la première fête de la bonneterie qui attire 30 000 spectateurs. Renée Kuntz, raccoutreuse aux établissements Desgrez est élue première Reine de la bonneterie et couronnée à l’Hôtel de Ville le 12 septembre. La grande cavalcade qui l’accompagne réunit 1200 figurants, 19 chars et 300 chevaux. Ces fêtes, organisées jusqu’en 1938, étaient à la fois corporatives et populaires.3

Médiathèque du Grand Troyes, CP 676 et 677

Médiathèque du Grand Troyes, CP 790

Médiathèque du Grand Troyes, CP 4586

En 1914, sur 55 000 habitants, Troyes compte 13 000 ouvriers de bonneterie. A la suite des nombreuses fermetures d’usines et des délocalisations des années 1980, seules 3500 personnes travaillent encore aujourd’hui dans l’industrie du textile à Troyes, devenue capitale européenne des magasins d’usine et de négoce.

  1. Helen Harden-Chenot, Made in Troyes : Genre et classe dans la bonneterie française, 2007, p. 127 https://journals.openedition.org/abpo/432 []
  2. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), dossier du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Champagne-Ardennes, 1995. L’industrialisation de la bonneterie, Centre national de documentation pédagogique []
  3. Musée de la bonneterie, hôtel de Vauluisant, Troyes. https://www.musees-troyes.com/bonneterie/decouvrir-la-collection/la-grande-epoque-de-la-bonneterie-troyenne/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search