Cabinet de curiosités Natnum : Portage-des-Sioux, Indiens et trappeurs sur le Mississipi…

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre à nouveau son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … C’est à la ville de Portage-des-Sioux (États-Unis) que nous nous intéressons aujourd’hui.

Même si, au hasard des décrets de naturalisation indexés dans Natnum, apparaissent des Géronimo ou des conducteurs de diligence, les probabilités étaient minces pour qu’un minuscule village du Missouri (98 habitants en 1860), soit le lieu de naissance d’un jeune homme naturalisé français en 1893. Portage-des-Sioux fait surgir des images de trappeurs et d’Indiens pagayant sur les majestueux fleuves Missouri et Mississipi.

Frederic Remington, Radisson and Groseillers, 1905, Whitney Western Art Museum, Cody, Wyoming (Wikimédia)

Le tableau du grand peintre de l’Ouest américain Frederic Remington restitue admirablement la scène. Qui plus est, Portage-des-Sioux, malgré sa taille modeste, a une histoire riche et haute en couleurs. Fondée au bord du Mississipi par les Espagnols qui contrôlaient encore la Louisiane en 1799, la petite ville fut peuplée par des Français qui quittaient alors l’Illinois gouverné par les Américains. La création de ce port répondait d’ailleurs à la présence américaine sur l’autre rive du fleuve. Son nom lui fut donné par ses premiers habitants français qui avaient observé les Sioux portant leurs canoës dans une sorte de raccourci terrestre entre Missouri et Mississipi, évitant ainsi la navigation à contre-courant sur une quarantaine de kilomètres.

Alton, Portage-des-Sioux, et les fleuves Mississippi et Missouri, 1836 (U.S. National Archives)

C’est à Portage-des-Sioux que furent signés en 1815 une série de traités, accords de paix et d’amitié entre les États-Unis et plusieurs nations amérindiennes. Mettant fin à la guerre de 1812 avec les Britanniques (guerre au cours de laquelle s’illustra notamment Davy Crockett), ces traités entérinaient des accords antérieurs. Les Amérindiens, souvent impliqués dans le conflit aux côtés des uns ou des autres, y cédaient de vastes territoires du Midwest, ce qui eut pour conséquence leur déplacement à l’ouest du Missouri. Conservés aux Archives nationales américaines, les traités de Portage-des-Sioux portent les signatures du gouverneur du Missouri William Clark1, du gouverneur de l’Illinois et de René-Auguste Chouteau, riche marchand de fourrures originaire de Louisiane et fondateur de la ville de Saint-Louis. Munis de 20 000 dollars de cadeaux, ils négocièrent avec les chefs sioux, iowas, omahas, osages… Les noms de ces chefs figurent également sur le traité, en langue amérindienne et en anglais : Ta-Tanga-Manie « Buffle qui marche », Na-Ree-Sa-Ga-Ta « Pierre dure », A-Am-Pa-Haa « Celui qui parle»…

Traité de Portage-des-Sioux, 19 juillet 1815 (U.S. National Archives, Ratified Indian Treaty 65)

Seul le chef sauk Black Hawk (« Faucon Noir »), autrefois allié des Britanniques, refusa de signer les traités, et tenta même en 1832 un retour dans les territoires ancestraux de l’Illinois. S’ensuivit alors « la guerre de Black Hawk » qui vit une troupe de guerriers sauks connus sous le nom de « British Band» affronter une armée américaine composée de quelques soldats réguliers, de miliciens nombreux mais mal entrainés et d’Amérindiens tous ennemis jurés des Sauks. Black Hawk, ses guerriers et son peuple furent vaincus et en grande partie massacrés. Prisonnier pendant une année, Black Hawk écrivit ses mémoires2. Dès 1855, les traités signés à Portage-des-Sioux étaient lettres mortes. Les promesses d’amitié et de paix ne résistèrent pas à l’inexorable soif de terres des nouveaux immigrants et à la poussée démographique vers l’Ouest.

Le chef sauk Black Hawk, par Charles Bird King (dans McKenney, Thomas Loraine & James Hall, History of the Indian Tribes of North America, Philadelphie, J. T. Bowen, 1848-1850 ; Wikimédia)

C’est dans ce contexte tumultueux et à l’aube d’une guerre civile meurtrière que naît Léon Schatz, le 19 juin 1860 à Portage-des-Sioux. Son dossier de naturalisation3 nous apprend que son père Isaac était né en Pologne en 1822 et sa mère Clara à Metz. Comment cette famille a-t-elle rejoint puis quitté le Nouveau Monde ? comptent-ils parmi les Alsaciens ou Allemands qui peuplèrent abondamment le Missouri (et en particulier la ville de Saint-Louis) dans les vagues successives des années 1820-1860 qui firent de la région une « petite Rhénanie » ?

Décret de naturalisation de Léon Schatz 10 juillet 1893 (Archives nationales, BB/34/405)

C’est toute la magie de l’indexation des décrets de naturalisation : au fil des pages apparaissent des aventures humaines et des lieux, parfois extraordinaires, qui nourrissent notre imaginaire. À ce titre, Portage-des-Sioux a parfaitement atteint ce but.


N’hésitez pas à partager avec nous vos trouvailles et à signaler dans les commentaires les lieux étonnants que vous avez vous-mêmes pu rencontrer dans les documents d’archives ; nous pourrons les aborder prochainement.

Merci à tous ceux d’entre vous qui ont participé à notre sondage il y a deux semaines pour déterminer le sujet d’un prochain billet : après le marchand de sable, c’est au formeur de bas que nous nous intéresserons bientôt.

Pour nous rejoindre au sein du projet Natnum, n’oubliez pas le guide de participation. À bientôt !

  1. Membre de la fameuse expédition Lewis et Clark qui traça un chemin vers le Pacifique : Annick Foucrier, À travers l’Ouest nord-américain. L’expédition d’exploration dirigée par Lewis et Clark (1803-1806), La lanterne magique, 2018. []
  2. Life of Ma-ka-tai-me-she-kia-kiak or Black Hawk, Cincinnati, 1833 [accessible en ligne sur Canadiana]. []
  3. Archives nationales, BB/11/2755, dossier 1399 X 93. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.