Du destin d’un ingénieur dans l’histoire d’une légende.

Archives nationales France, F/14/11041/14, « 18ème registre des délibérations du Conseil général des ponts et chaussées à partir du 29 février 1812 jusqu’au 6 juin 1812 », séance du 11 avril 1812, extrait affaire relative au pont Horatius-Coclès.

Durant la séance du Conseil général des ponts et chaussées du 11 avril 1812, l’ingénieur en résidence à Rome, Navier, présente une rectification de son projet du pont Horatius-Coclès à Rome.

Rome ? Oui, à Rome. En effet, en 1812, Rome est le chef-lieu du département éponyme fondé en 1810, après que le département a été fondé sous le nom de département du Tibre en 1809. Le Premier Empire compte alors près de 134 départements dont 14 sont situés en Italie.

Mais Rome, la ville éternelle, a un statut particulier dans toutes les villes intégrées dans l’empire français. Pour un empire aussi jeune que celui fondé par Napoléon Ier, la capitale de l’ancien empire romain symbolise aussi le cœur impérial par excellence. Aussi, l’empereur ordonne-t-il aux ponts et chaussées de se charger de l’amélioration du cours du Tibre dans la ville aux sept collines. Victime, comme de nombreuses villes de l’époque, des inondations fréquentes et dévastatrices d’un fleuve dont le débit peut être puissant, Rome nécessite des travaux importants d’assainissement et de mise en sécurité du cours du Tibre.

Buste d’Henri Navier sculpté par Henri Cross, 1885, Bibliothèque de l’École des Ponts ParisTech.

L’ingénieur Henri Navier, jeune ingénieur diplômé en 1808, est ainsi chargé par le comte Molé, directeur général des ponts et chaussées, de la reconstruction des quais du Tibre. Orphelin, il est élevé par son oncle Émiland Gauthey, un des ingénieurs les plus illustres des ponts et chaussées de la fin du XVIIIe siècle. Si Navier est jeune, il est déjà imprégné de la culture des ponts et chaussées et continue l’œuvre de son oncle. Après la chute de l’empereur, l’ingénieur s’illustre par la construction des ponts d’Asnières, d’Argenteuil et de Choisy ainsi que de la passerelle de la Cité. Navier est également connu pour ses travaux sur les fluides en permettant la découverte des équations décrivant les mouvements des fluides connues sous le nom d’équations Navier-Stokes. Ses recherches lui seront utiles pour ses études des ponts suspendus qu’il découvre en Angleterre. Il en devient un des principaux adeptes en France. Le projet interrompu du pont suspendu des Invalides, sapé dans ses fondations par un écoulement d’eaux des égouts de Paris, reste cependant l’échec de sa brillante carrière.

Charles Le Brun, Horatius Coclès défendant le pont Sublicius, huile sur toile, vers 1643-1645, Londres, Dulwich Picture Gallery.

De là à faire un parallèle avec Horatius Coclès, il n’y a qu’un pas. Le pont que Navier envisage de construire à Rome en 1812, et qui ne sera pas construit, doit se situer en aval de l’île Tibérine, précisément là où se trouvait jusqu’en 69 le pont Sublicius. Ce pont était en fait le premier et le plus ancien pont de Rome et en garantissait la sécurité en étant construit en bois pour pouvoir être démonté en cas d’invasion. Lors de la guerre qui oppose les Romains aux Étrusques du Lars Porsenna, en 507 av. J.C., Horatius Coclès franchit le pont, fait rempart de son corps en attendant que le pont soit détruit, repousse les Étrusques et finit par plonger, armé, dans le Tibre pour rejoindre les Romains sur l’autre rive. Cet acte héroïque, digne de la légende qu’il est devenu, impressionne tellement le souverain étrusque Porsenna qu’il propose alors la paix aux Romains. Horatius Coclès est alors honoré par les Romains mais, blessé, finit par disparaître en devenant une légende.

Simple volonté de faire coïncider l’emplacement du nouveau pont avec le pont historique ? Peut-être pas seulement.

Denier romain sur lequel est gravée la légende d’Horatius Coclès.

L’évocation que Tite-Live fait d’Horatius Coclès dans son Histoire romaine (II-10) fait en effet aussi penser au destin de Napoléon Bonaparte avant qu’il ne devienne empereur. Tout comme Tite-Live dit du héros romain qu’il fut « l’unique rempart de la fortune de Rome », l’empereur Napoléon Ier se considère comme le garant de la France face aux coalitions des nations européennes. Quant à la suite du texte de l’auteur latin,  : « lorsqu’il s’aperçoit que le Janicule avait été emporté par surprise, que les ennemis accouraient à pas précipités, et que ses compagnons effrayés quittaient leurs rangs et leurs armes, il en arrête quelques-uns, s’oppose à leur retraite, et, attestant les dieux et les hommes, leur représente que c’est en vain qu’ils abandonnent leur poste ; que la fuite ne peut les sauver ; s’ils laissent derrière eux le passage du pont libre, ils verront bientôt plus d’ennemis sur le Palatin et sur le Capitole qu’il n’y en a sur le Janicule. Qu’il leur recommande donc, qu’il leur ordonne de mettre en usage le fer, le feu et tous les moyens possibles pour couper le pont. Quant à lui, autant que peut le faire un seul homme, il soutiendra le choc des ennemis. », elle ne peut que faire penser à la fin du Consulat, aux débuts de l’Empire et au contexte géopolitique d’alors.

À cela s’ajoute qu’en décembre 1794, à son retour des campagnes d’Italie, le jeune général assiste à une représentation de l’opéra d’Étienne-Nicolas Méhul consacré au héros latin. Et, trois ans plus tard, il surnomme le général Dumas, père d’Alexandre Dumas, de « Horatius Coclès des Tyrols » pour ses hauts faits d’armes sur le pont de Clausen sur la route de Blixen.

Le pont envisagé par Navier est donc aussi un fort symbole de l’empreinte impériale au cœur de la capitale italienne.

Toutefois, sans le savoir, Henri Navier, en présentant ce projet de pont portant le nom de ce héros, paraît annoncer le déroulement de sa carrière. Comme le héros romain qui fait barrage de son corps face à l’ennemi, il se jette corps et âme dans ce qu’il entreprend et défend ses théories contre ceux qui lui feront obstacle pour protéger l’œuvre de son oncle, les travaux de ses pairs et l’intervention de l’État dans le domaine des travaux publics. Honoré par ses pairs, il entre à l’Académie des sciences. Reconnu comme une référence, il enseigne à l’École nationale des ponts et chaussées et à l’École polytechnique. Henri Navier vit et s’éteint, entouré de l’hommage de ses pairs, comme vécut et s’éteignit le héros romain au milieu des Romains qui l’honorèrent. Comme Horatius Coclès devenu une légende symbolisant la protection de Rome, Henri Navier devient une des images tutélaires des ponts et chaussées pour ses hauts faits scientifique.

 

Si vous souhaitez vous aussi contribuer à faire connaître les sources issues des archives du Conseil général des Ponts et Chaussées, nous vous invitons à consulter l’article Ça m’intéresse, je participe.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search