Cabinet de curiosité Natnum : La Côte-aux-Fées

Les "grands dépôts" des Archives nationales

Natnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous abordons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de lindexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourdhui à La Côte-aux-Fées (Suisse), qui apparaît comme lieu de naissance de plusieurs personnes naturalisées françaises à la fin des années 20.

Si suite au confinement, vous avez besoin de vous évader, le village suisse de La Côte-aux-Fées semble tout indiquée par son seul nom.

Carte postale, v. 1900 (bibliothèque de La Chaux-de-Fonds)
La Côte-aux-Fées, F. Huguenin-Lassauguette, 1890-1896 (bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel)

La réalité est plus terre-à-terre : point de mer ni de créature fantastique pour cette « côte aux fées » : ce nom désigne en fait les alpages d’été pour les moutons (du latin costa « flanc de montagne » et feta « brebis »).

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, t. 5, 1869, p. 265 (sur Gallica)

On trouve cependant, à proximité du village, une « grotte aux fées » dont le nom, peut-être tout aussi prosaïque à l’origine, a été identifié au XIXe siècle comme un repaire de personnages fabuleux du folklore local1.

Lieu de naissance du mathématicien Gustave Jouvet (1898-1936)2, cette commune du canton de Neuchâtel est aussi l’un des berceaux de la ponctualité suisse : elle a vu naître en 1874 le premier atelier de la maison d’horlogerie Piaget, qui y fabrique toujours ses calibres.

Carte postale, 1903 (bibliothèque de La Chaux-de-Fonds)

N’hésitez pas à partager avec nous vos trouvailles et à signaler dans les commentaires les lieux étonnants que vous avez vous-mêmes pu rencontrer dans les documents d’archives ; nous pourrons les aborder prochainement.

Votez également pour le prochain lieu que nous aborderons d’ici quelques semaines avec notre nouveau sondage :

Merci à tous ceux d’entre vous qui ont participé à notre sondage il y a deux semaines pour déterminer le sujet d’un prochain billet : après le marcaire vosgien, c’est au marchand de sable que nous nous intéresserons bientôt.

Pour nous rejoindre au sein du projet Natnum, n’oubliez pas le guide de participation. À bientôt !

  1. Francis Wey, « Le Franc-Comtois », dans Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle. Province, t. 2, Paris, 1841, p. 33-42, p.  40. []
  2. Jean-Paul Schaer, « Gustave Juvet : mathématicien, physicien, philosophe (1898-1936) », Bibliographies neuchâteloises, 2005, vol. 4, p. 169-174. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search