Quand l’Aigle impérial guidé par les Templiers surgit de la boue.

Aigle de la colonne Napoléon – Val de la Haye – Wikimedia Commons.

Arch. nat. France. F/14/11041/150. Répertoire des affaires relatives à la navigation, ports, usines, moulins et dessèchement. 1848. Affaire n°1180.

Le 24 mars 1848, le Conseil général des ponts et chaussées est saisi pour un « projet d’amélioration du chemin de halage de la Seine entre le passage de Saint-Vauxbourg et la Bouille ». En consultant le répertoire, on peut noter qu’il s’agit de lieux situés en Seine-Maritime. Mais si on retrouve facilement la Bouille, qu’en est-il du passage de Saint-Vauxbourg ?

 Saint-Vauxbourg, ou plutôt Saint-Vaubourg (voire Sainte-Vaubourg), tire son nom de la commanderie des Templiers fondée en 1173 par Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Les rois Richard Cœur de Lion et Jean-Sans-Terre confirment la donation du domaine royal de Sainte-Vauburge à l’ordre du Temple.

Méandre de la Seine à La Bouille. En bleu, la commanderie Sainte-Vaubourg. Extrait de la carte de Cassini. www.geoportail.gouv.fr

Située entre le Val-de-la-Haye et le Hautot, aujourd’hui Hautot-sur-Seine, elle accroît son domaine dans la région, notamment par ses fiefs à Rouen, Caudebec et au Genetay. Le Grand Prieur Godefroy de Charnay, exécuté avec Jacques de Molay en 1314, était seigneur de Vaubourg et fut le dernier grand prieur à y séjourner.

Ancienne commanderie de Sainte-Vaubourg. Val de la Haye. www.monumentum.fr

De la commanderie, il ne reste quasiment plus rien aujourd’hui. La chapelle, consacrée en 1294 par l’archevêque de Rouen Eude Rigaud a été nationalisée en 1794 et a servi de carrière de pierres. Ses vitraux ont été déposés et transférés dans les églises voisines de Hautot-sur-Seine et Villedieu-les-Maurepas, ainsi qu’à Saint-Denis.

Le passage de Sainte-Vaubourg dépendait de la commanderie qui devait en entretenir les berges, les bateaux et la maison du batelier.

 

Colonne Napoléon et maison du passeur du bac. Val de La Haye, Seine-Maritime. © Bacs de Seine – Overblog.

C’est donc dans la commune de Val-de-la-Haye qu’il faut situer ce fameux passage de Saint-Vauxbourg qui reliaient les deux berges de la Seine entre Val-de-la-Haye et Grand-Couronne. Pour nous guider, quoi de mieux que le chemin des Templiers qui mène justement aux bords de Seine et à la colonne Napoléon. Cette colonne surmontée de l’Aigle impérial inaugurée le 15 août 1844, soit quatre ans seulement avant l’affaire qui nous intéresse ici, signale l’emplacement du dernier transbordement des cendres de l’empereur de la Normandie à la Dorade.

Le bac a été transféré en 1977 un peu plus en amont.

Quant à la Bouille, son nom viendrait du toponyme ayant le sens de « bourbier, marécage ». Comme le lieu a été constitué dans un méandre de la Seine particulièrement inondable, le village d’origine, régulièrement touché par les inondations du fleuve, devait en effet être particulièrement boueux.

 


2 réponses

  1. derouard dit :

    Hautot-sur-Seine et non Houtot!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search