Foire aux questions Natnum

logo projet natnumVoici les questions qui nous sont régulièrement posées dans le cadre du projet d’indexation des décrets de naturalisation Natnum. N’hésitez pas à nous contacter directement à l’adresse numnat.dji-an@culture.gouv.fr si vous avez besoin d’autres informations ; nous intégrerons les nouvelles interrogations d’intérêt général à cette page.


Y a-t-il un délai à respecter pour réaliser la saisie ?

Bien sûr que non ! le projet Natnum repose sur la bonne volonté des participants et les possibilités de temps et de motivation de chacun. Libre à vous de vous organiser selon vos disponibilités.

Sans nouvelle de votre part depuis plusieurs mois, il est toutefois possible que nous vous écrivions pour nous assurer que vous êtes toujours volontaires pour terminer le mois qui vous a été attribué. Il s’agit simplement pour nous de pouvoir attribuer votre mois à quelqu’un d’autre, si pour une raison ou une autre, vous n’êtes plus en mesure ou désireux de poursuivre votre participation au projet.


Que faire en cas de difficulté de lecture ?

L’écriture de chancellerie imite volontiers les cursives plus anciennes (Modèle d’écriture allemande, XVIIe siècle : Gallica)

Il vous est possible de vous reporter aux précieux guides de lecture réalisés par l’équipe du projet collaboratif du Conseil général des Ponts-et-Chaussées. En cas de difficulté importante, vous pouvez toujours nous contacter à l’adresse du projet (numnat.dji-an@culture.gouv.fr).


Saisie des informations

Le principe élémentaire de la saisie dans Natnum est de reprendre les informations présentes sur le décret, même si elles s’avèrent inexactes ou qu’elles ne sont plus pertinentes.

Que faire lorsque linformation nest pas indiquée

Vous pouvez laisser le champ vide, ou indiquer « non précisé » s’il s’agit d’un champ obligatoire.

Faut-il également saisir les remises de droit du Sceau, les autorisation de service à l’étranger, … ?

Oui ! Ces décisions ne sont pas des naturalisations, mais relèvent du bureau du Sceau et correspondent à des dossiers qu’il sera précieux de pouvoir retrouver grâce à l’indexation.

Nous avons décidé de ne pas consacrer de champ du formulaire au type du décret pour réduire le temps de saisie et à cause du grand nombre de cas particuliers où un intitulé prédéfini pourrait s’avérer inadéquat.

Comment saisir l’identité des femmes portant plusieurs noms ?

Dans le cas des femmes mariées, le premier nom à faire apparaître est celui du mari, suivi du nom de naissance. Par exemple :

  • Nom de femme célibataire : « [NOM DE NAISSANCE] » ;
  • Nom de femme mariée : « [NOM D’ÉPOUSE], née [NOM DE NAISSANCE] » ;
  • Nom de veuve : « [NOM DE NAISSANCE] » veuve [NOM D’ÉPOUSE] » ;
  • Nom de veuve remariée : « [NOM D’ÉPOUSE 2], née [NOM DE NAISSANCE], veuve [NOM D’ÉPOUSE 1] ».

Comment faire quand le prénom est difficile à distinguer du nom ?

En cas de doute dans la délimitation du nom et du prénom (singulièrement dans le cas des noms indochinois), tout saisir (en majuscules) dans le champ « NOM » et indiquer « non renseigné » dans le champ « prénom ».

Faut-il rétablir les accents sur les majuscules ?

Quand il s’agit manifestement d’un prénom de langue française ou francisé, oui ; dans le cas où un prénom identique existe dans une langue étrangère, on s’accommodera d’un choix de bon sens, malgré les incertitudes (on accentuera ainsi l’initiale du prénom d’Élisabeth Gouet, née française et réintégrée après son mariage à un étranger ; mais pas celle d’Elisabeth Hiller, d’origine bavaroise).

Étant donnée l’habitude de l’administration de franciser très régulièrement les prénoms (notamment italiens), nous avons conscience qu’il s’agit souvent d’une question assez ambiguë.

Que signifie une double date ?

Quand une date double est indiquée, il s’agit le plus souvent d’une naissance dans un pays ou une communauté qui utilisait le calendrier julien (surtout les pays orthodoxes), ou « ancien style », et sa conversion selon le calendrier grégorien, en avance d’une douzaine de jours.

On privilégiera alors la date la plus récente, qui correspond au calendrier grégorien.

Par exemple, pour une personne «  née le 11/23 décembre 1842 », on gardera la date du 23 décembre 1842.

Calendrier ottoman de 1911 : la date selon les calendriers hébraïque, julien, islamique, grégorien et rumi (voir sur Wikipédia)

Comment renseigner la profession ?

Saisir le nom du métier tel qu’il apparaît, sans le simplifier ni utiliser de terme plus générique.

Les regroupement de professions peuvent être effectués en aval du processus pour obtenir des statistiques, mais il est préférable de garder la plus grande précision possible dans les informations indexées.

N’hésitez pas à nous signaler des curiosités et des métiers disparus rencontrées au fil des décrets  ! Ils pourront alimenter le cabinet de curiosité

Rémouleurs dans les rues de Paris, 1899 (Bibliothèque historique de la ville de Paris).

Que signifie la mention « y demeurant », en fin d’entrée ?

Cette formule signifie que la personne demeure au dernier lieu mentionné (généralement son lieu de naissance).


Noms de lieux

Les indications géographiques sont parfois problématiques, car elles présentent des situations complexes (lieu de naissance qui appartient à un pays différent au moment de la naturalisation ou de nos jours) et que la rédaction même des décrets n’a pas suivi de principe régulier (notation des États, des régions, etc.). Par commodité, nous avons adopté des pratiques qui varient selon les situations et permettent de ne pas ralentir la saisie.

Quelle forme pour les noms de pays ?

Se limiter à la forme simple du nom : « Bade » pour « grand-duché de Bade », « Luxembourg » pour « grand-duché de Luxembourg », etc.

Abréviations

Développer autant que possible les abréviations : « Saint- » pour « S», « -Inférieure » pour « Infre », etc.

On trouve régulièrement les abréviations « M. et M. » pour Meurthe-et-Moselle » ; « B. du Rh. » pour « Bouches-du-Rhône », ou encore « S. & O.  » pour « Seine-et-Oise ».

Ponctuation

Il est préférable de rétablir la ponctuation régulière, et notamment les tirets entre les éléments d’un nom de lieu.

De même, attention à l’accent aigu dans la préposition archaïque « –lès– » (par exemple : « Villeneuve-lès-Avignon » ou « Montigny-lès-Metz »), distinct du simple article défini « les » (« Montceau-les-Mines »).

À quel département appartient Paris ?

Cette information est la plupart du temps absente ; Paris se trouvait alors dans le département de la Seine (la case peut être laissée vide ; cette précision est rétablie par l’équipe lors de ses contrôles).

Comment renseigner un nom qui a changé d’orthographe ?

Il est préférable de se conformer à la forme donnée par le décret. Il n’est en effet pas envisageable de mener des recherche sur chaque toponyme pour vérifier s’il est toujours d’actualité. On notera donc « Cète », en suivant la forme qui figure au document, pour l’actuelle Sète.

L’Europe en 1873… (voir sur Wikimédia)

Comment renseigner un nom de lieu qui n’appartient plus au même pays ?

Lorsque le pays actuel de rattachement du lieu est aisé à déterminer, c’est celui-ci que l’on privilégiera. C’est notamment le cas :

  • des territoires alsaciens-lorrains annexés par la Prusse en 1870 et restitués à la France à l’issue de la Première Guerre mondiale (on indiquera comme pays « France ») ;
  • des départements et territoires qui constituent aujourd’hui l’Algérie (on indiquera comme pays « Algérie») ;
  • de la Savoie et de Nice, cédés à la France en 1860 (on indiquera comme pays « France »).
Caricature au sujet de l’union de la Savoie et de Nice à la France en 1860 (Wikimedia).

En revanche, on suivra les indications du décrets dans les autres situations.

Les États de l’Empire allemand peuvent être saisis dans le champ « pays » (« Allemagne » est ajoutée comme pays lors du traitement des données par l’équipe du projet). Le même principe peut être adopté pour toute subdivision d’un pays, comme les entités constitutives du Royaume-Uni ou de l’Autriche-Hongrie, les provinces ottomanes (Turquies d’Asie et d’Europe, Lybie, etc.), …

Ces indications sont fort approximatives en terme de désignation historique, mais permettront à terme de disposer de données riches et de comptabiliser les individus en raffinant leur appartenance géographique sur plusieurs niveaux.

Comment renseigner un nom de lieu qui n’appartient plus à la même subdivision territoriale ?

En dessous du niveau du pays, nous conservons les entités géographiques telles qu’elles ont été indiquées. Ainsi, les département qui ont changé de nom (Loire-Inférieure) ou disparu (Seine-et-Oise) seront indiqués tels quels. On se conformera également au texte du décret pour les département dont la délimitation a évolué (notamment les départements de Meurthe, Moselle et Meurthe-et-Moselle).

Que faire en cas de doute ?

Il est possible qu’il existe plusieurs lieux homonymes, dont l’un a changé de département ou de pays. Dans ce cas, privilégiez ce qui figure au décret, même si cette information est anachronique. Les cas les plus épineux peuvent toujours nous être signalés pendant votre saisie, ou bien lorsque vous nous transmettez votre contribution (en précisant le nom de la personne à laquelle ils sont associés).


Une autre question ?

Écrivez-nous à numnat.dji-an@culture.gouv.fr !


Cette foire aux questions sera enrichie par de nouveaux conseils à mesure que nous identifierons les interrogations d’intérêt général.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search