Cabinet de curiosités Natnum : Hamilcar

Natnum vous ouvre son cabinet de curiosités !

Dans cette série de billets, nous aborderons régulièrement des trouvailles piquantes rencontrées au fil de l’indexation des décrets de naturalisations : prénoms rares, métiers oubliés, lieux curieux, … Intéressons-nous aujourd’hui au prénom « Amilcar » !

Amilcar, aussi transcrit Hamilcar, est un nom de l’Antiquité carthaginoise, formé sur celui du dieu phénicien Melqart.
Ce prénom est surtout connu pour avoir été celui du père d’Hannibal, Hamilcar Barca, et immortalisé dans la fameuse première phrase de Salammbô de Flaubert (1862) : « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar »…

Portrait d’Hamilcar Barca (Bibliothèque nationale de France, sur Gallica)

Dans les décrets de naturalisations du XIXe siècle, nous le retrouvons surtout porté par des Italiens, du début à la fin de la période. Curieusement, il est plus répandu que « Hannibal », et peut même être associé à des prénoms d’inspiration romaine : « Amilcar Coriolan » (né en Italie en 1810), « Amilcar Gracchus » (Italie, 1850) ou encore « Amilcar Auguste » (Italie, 1889).
Il est même porté en quatrième position par une femme, prénommée Louise Marie Églantine Amilcar, née en Martinique en 1864 !

N’hésitez pas à partager avec nous dans les commentaires les prénoms étonnants que vous avez vous-mêmes pu rencontrer dans les documents d’archives ; nous pourrons les aborder prochainement.

Votez également pour le prochain prénom rare que nous aborderons d’ici quelques semaines :

Pour nous rejoindre au sein du projet Natnum, voici le guide de participation. À bientôt !


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Maugé dit :

    Bonjour à tous.
    Voici quelques autres recherches.
    Bathilde : Le prénom Bathilde vient du germain batu, « combat », et hild, « combat » égale­ment ; ou encore bald, « audacieux », et hild, « combat ». Sainte Bathilde eut une carrière de choc : née en Angleterre, elle sera enlevée par des pirates et vendue en Gaule, en 641. Elle devra épouser contre son gré Clovis II, Childéric II et Thierry III, tous futurs rois mérovingiens. Veuve en 647, elle sera reine régente du royaume. Assistée de saint Léger et de saint Ouen, elle luttera contre l’esclavage, et fondera abbayes et monastères, dont Saint-Germain-des-Prés. Elle sera béatifiée au XIe siècle.

    Carmel :Tiré de l’hébreu carmel, le verger, la vigne. C’est le nom d’une montagne en Israël. Ce fut le lieu de sacrifice du prophète Élie et celui de la retraite du prophète Élisée, comme le relatent les Livres des Rois de l’Ancien Testament. Au XIIe siècle, un croisé italien s’associa avec des ermites retirés sur ce promontoire sauvage pour y créer un nouvel ordre religieux dont la règle était particulièrement sévère. Cet ordre se répandit dans tout l’Occident chrétien et, au XVe siècle, donna naissance à un ordre féminin, les carmélites, qui se multiplia rapidement, en Espagne d’abord, puis aux Pays-Bas et en France. Le prénom Carmel et sa variante Carmela apparurent au XVIIe siècle dans les milieux catholiques fervents. Les filles ainsi baptisées étaient placées sous l’invocation de Notre Dame du Mont Carmel, apparue à un supérieur général de l’ordre en 1251. Cette coutume s’est longtemps maintenue en Espagne, au Mexique et aux États-Unis. Les Carmel sont beaucoup plus rares ailleurs, même sous la forme hispanophone de *Carmen*. On fête Carmel et ses dérivés en l’honneur de Notre Dame du Mont Carmel.

    Rocailleur : Le rocailleur est un artisan de la maçonnerie arborescente, rocaille de ciment ou « faux bois », et de rocaillage. Son travail est un art rustique de vieille tradition plus que centenaire, à l’origine des décorations et ornements de jardin, dès l’invention du ciment Portland vers 1850(création artistique et artisanale de rochers, ponts, rambardes, kiosques ou mobilier). La rocaille de ciment a été employée pour l’une des premières fois en 1866 aux jardins des Buttes Chaumont. On peut aussi en voir à Paris au Champ de Mars, dans le bois de Vincennes ou le parc Monceau. Les rocailleurs, de nos jours, existent toujours.
    Bonne lecture, et à la prochaine.
    Olivier Maugé

  2. Roselyne IRIU dit :

    Bonjour à tous,
    Je viens de trouver dans les annotations d’octobre 1895 le métier de « balancier » :
    – une profession essentielle pour le commerce en garantissant des balances et des poids sûrs. Un métier constitué au XIVe siècle après avoir fait partie des orfèvres ou des batteurs.
    Cordialement,
    Roselyne Iriu

  3. OLIVIER MAUGÉ dit :

    Bonjour à tous.
    Voici les résultats de quelques recherches.
    Agnoald (prénom) : ministre du roi Childebert au 7e siècle. Originaire d’une illustre famille de Bourgogne, il habitait en Champagne. Il était le père de Saint Agile ou Aile.
    Mégissier (métier) : celui qui apprête les peaux de caprins et d’ovins pour les cuirs destinés aux industries de la chaussure, de la ganterie ou de l’habillement. Le tanneur traite les peaux de bovins.
    Bien à vous,
    Olivier Maugé

  4. RAIMONDO dit :

    Bonjour
    Dans les saisies des métiers j’ai vu a plusieurs reprises le métier de FUMISTE qui a disparu aujourd’hui .Des métiers de fumée et associés à la fumisterie : Un fumiste est un ouvrier qui installe et répare des conduits de cheminée. Fumiste est un terme argotique
    BIEN CORDIALEMENT
    MICHEL RAIMONDO

  5. RAIMONDO dit :

    Bonjour à vous
    Je viens de découvrir le prénom de BABYLAS !!
    Babylas, devenu évêque d’Antioche vers 237, fut martyr sous l’empereur Dèce, et mourut dans les fers en 251. On le fête le 24 janvier dans l’Église latine (le 4 septembre en Orient).
    Bien cordialement
    MICHEL RAIMONDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.