Projet participatif Ponts et Chaussées : nouvelle publication.

Quelques exemples d’affaires concernant le conflit. © Archives nationales, France, F/14/17794, F/14/17796.

Résultat de plusieurs mois de relevés par une des principales contributrices du Projet participatif Ponts et Chaussées et par plusieurs archivistes, l’inventaire des affaires examinées par le Conseil général des Ponts et Chaussées durant la Première Guerre mondiale est désormais consultable en ligne sur le site internet des Archives nationales. Ainsi, sont regroupées en un seul inventaire l’ensemble des affaires des répertoires conservés sous les cotes F/14/17794 à F/14/17798 et F/14/17827 à F/14/17831 (cliquez sur les cotes pour consulter l’inventaire).

À partir de 1900, deux répertoires sont tenus par le Conseil général des Ponts et Chaussées : un pour l’ensemble des affaires examinées en assemblées plénières et/ou par les sections et un spécifique pour les affaires examinées en assemblées plénières. Ces deux répertoires se complètent. Ainsi, certaines affaires examinées en assemblées plénières ne figurent que dans le répertoire général ou que dans le répertoire des assemblées plénières. Pour que l’inventaire présente l’exhaustivité des affaires, ce sont donc les deux répertoires qui ont fait l’objet de retranscriptions. Même s’il reste à relever les répertoires généraux des années 1916 à 1918, l’inventaire consultable en SIV présente, tout de même, un aperçu fiable des travaux étudiés pendant la Première Guerre mondiale, notamment l’intégralité des affaires examinées en assemblées plénières. Il sera alimenté par les prochains relevés en cours de réalisation.

Outre la spécificité des deux répertoires, ces affaires témoignent également des activités particulières des Ponts et Chaussées durant la Première Guerre mondiale.

Dès le début du conflit, le ministère des Travaux publics, dont dépend le Conseil général des Ponts et Chaussées, est rattaché au ministère de la Guerre, avec lequel il est historiquement en étroite relation. Cette collaboration entre les deux administrations se fait ainsi naturellement et est préparée, en vue d’un conflit imminent, dès 1909.

À partir de septembre 1914, le territoire français est organisé en régions militaires placées sous la tutelle de l’État-major des Armées. Celles situées à l’est de la zone de front sont directement gérées par l’Armée. La dizaine de régions situées à l’ouest de cette ligne de front, ainsi que les départements d’Algérie, constituent les régions de l’Arrière. Elles sont gérées par un commission mixte constituée d’un ingénieur des ponts et chaussées et d’un militaire. Ce sont ainsi principalement les départements qui constituent ces régions qui figurent dans les répertoires tenus de 1914 à 1918.

Durant cette période, en moyenne, un millier d’affaires sont examinées par an. Il est à noter qu’en majorité, elles concernent les affaires générales et plus particulièrement les questions de personnels, du fait de la mobilisation et de l’organisation de l’administration. Au niveau des affaires « travaux publics », ce sont celles relatives aux infrastructures portuaires qui prédominent, et plus particulièrement celles concernant les Bouches-du-Rhône avec de nombreux aménagements dans le port de Marseille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search