Contrats de mariage de commerçants (suite)

Le Minutier central des notaires de Paris vous propose depuis avril 2017 de l’aider à relever les noms et dates de signatures de contrats de mariage de commerçants.

Bravo ! Deux des 41 registres subsistants, les registres MC/CM//31 et MC/CM//32, sont désormais presque totalement analysés par les internautes bénévoles, et ces analyses sont progressivement versées à l’inventaire du fonds dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. On peut voir ce que cela donne pour le registre MC/CM//32. Le transfert de tous les tableaux issus des dépouillements des bénévoles sera achevé en janvier 2018.

D’autres missions sont désormais à votre disposition, concernant le premier registre de la série MC/CM//1), ce sont les missions 11 à 14 du tableau ci-dessous. N’hésitez pas à poursuivre vos efforts ou à vous lancer si vous découvrez ce projet.

Vérifiez de temps à autre que vous êtes bien sur la bonne ligne entre registre et tableau de relevés : c’est le numéro d’ordre pré-rempli qui vous permet cette vérification.

Si vous souhaitez participer à ce projet, choisissez un tableau de relevés à alimenter dans le tableau ci-dessous (ou ouvrir dans une autre fenêtre). Chaque tableau de relevés comprend un lot de 300 numéros d’ordre. Lorsque vous l’aurez rempli, vous nous le signalez à marie-francoise.limon@culture.gouv.fr

Dépouillement des lettres de provision d’office (Grande chancellerie, sous-série V/1)

Comme le dit Lucien Bély dans son Dictionnaire de l’Ancien Régime, « que l’approche soit politique, institutionnelle, sociale, économique ou financière, l’office est au cœur de toute lecture de l’Ancien Régime ».

Au regard de cette formule, les lettres de provision d’office conservées aux Archives nationales constituent donc un patrimoine inestimable. Ces lettres, qui sont des expéditions conformes faisant fonction d’original, sont conservées sous les cotes V/1/1 à 539 ; elles sont classées par année, et à l’intérieur de chaque année, par dossiers rangés dans l’ordre alphabétique des différentes catégories d’offices.

Lettre de provision d’office Archives nationales, V/1/280/8-1

Dépouiller les lettres de provision d’office, c’est donc rendre accessibles un très grand nombre d’informations, telles que les nom et prénom du titulaire de l’office et de son prédécesseur, l’intitulé précis de l’office – dont on ne soupçonne pas la variété, du premier président du Parlement du Paris au modeste langueyeur de porc, chargé de contrôler la santé des bêtes vendues sur les marchés –, l’institution royale de rattachement, le lieu d’exercice et la date de l’acte.

En 2016, quelque 2 000 lettres de provisions d’offices ont ainsi été dépouillées par Messieurs Frédéric de Berthier de Grandry, Jacques de Saulieu et André de Savignac. Compte tenu du nombre de lettres à dépouiller (environ 50 000), un renfort serait le très bienvenu. Lire la suite