Dépouillement des lettres de provision d’office (Grande chancellerie, sous-série V/1)

Comme le dit Lucien Bély dans son Dictionnaire de l’Ancien Régime, « que l’approche soit politique, institutionnelle, sociale, économique ou financière, l’office est au cœur de toute lecture de l’Ancien Régime ».

Au regard de cette formule, les lettres de provision d’office conservées aux Archives nationales constituent donc un patrimoine inestimable. Ces lettres, qui sont des expéditions conformes faisant fonction d’original, sont conservées sous les cotes V/1/1 à 539 ; elles sont classées par année, et à l’intérieur de chaque année, par dossiers rangés dans l’ordre alphabétique des différentes catégories d’offices.

Lettre de provision d’office Archives nationales, V/1/280/8-1

Dépouiller les lettres de provision d’office, c’est donc rendre accessibles un très grand nombre d’informations, telles que les nom et prénom du titulaire de l’office et de son prédécesseur, l’intitulé précis de l’office – dont on ne soupçonne pas la variété, du premier président du Parlement du Paris au modeste langueyeur de porc, chargé de contrôler la santé des bêtes vendues sur les marchés –, l’institution royale de rattachement, le lieu d’exercice et la date de l’acte.

En 2016, quelque 2 000 lettres de provisions d’offices ont ainsi été dépouillées par Messieurs Frédéric de Berthier de Grandry, Jacques de Saulieu et André de Savignac. Compte tenu du nombre de lettres à dépouiller (environ 50 000), un renfort serait le très bienvenu.

Toutes ces données, recueillies dans les colonnes d’un tableur libre (Calc), font de ce dépouillement un travail d’une grande importance et d’une grande utilité. À terme, nous pourrons disposer d’une base de données très complète sur les officiers royaux au XVIIIe siècle, puisque le travail actuel de dépouillement, qui porte sur la période 1693-1723, viendra compléter la base PROF, embrassant les années 1724-1791 et dont la consultation devrait être à nouveau possible à la fin de l’année 2018. Par ailleurs, les lettres de provision d’offices des années 1640 à 1693 ont fait l’objet d’un inventaire manuscrit sur fiches au nom des titulaires d’office qu’il s’agira de dématérialiser et d’intégrer dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales.Ce travail nécessite des connaissances de base en matière de paléographie et d’institutions de la France moderne. La paléographie est dans l’ensemble aisée, bien que l’écriture de certaines lettres présente un caractère archaïsant qui les rattachent plutôt à la pratique du début du XVIIe siècle. Le formulaire est en revanche très stable, ce qui permet, après un temps d’adaptation, d’extraire rapidement les informations descriptives nécessaires à la base de donnés.

20 – V/1/230/8-

Les Archives nationales mettent à la disposition des bénévoles, qui travaillent dans les locaux du département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, un ordinateur portable, avec un accès internet et les outils de travail permettant notamment de faciliter l’identification des noms de personne ou de lieux.

Pour nous aider, en venant dépouiller ces lettres de provision, envoyez un mel à :

france-odile.des-mazery@culture.gouv.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *